PNJ : le mi-centaure

Share Button

Avez-vous déjà pensé au fait que les centaures ont deux cages thoraciques, et donc logiquement quatre poumons ? C’est n’importe quoi !! Ce n’est pas le cas pour ce PNJ, ceci dit, mais ça lui apporte plus de problème que ça n’en résout… :p

Note : ce PNJ sera, plus que d’autres, décrits en termes de conditionnel et de variantes, car son apparence et peu probable va de pair avec de nombreuses incohérences sur lesquels il est amusant de composer mais qui ne permettent pas d’affirmer quoi que ce soit qui pourrait fonctionner dans n’importe quel univers.

Description rapide

Le buste d’un homme, le bas du corps d’un cheval. Mais ce n’est pas tout à fait un centaure ! Là où ces derniers ont toute la base d’un cheval (avec ses quatre pattes) et donc un total de six membres, celui-ci n’a que deux jambes de cheval puis ses deux bras humains… Sans pour autant disposer de la corpulence adaptée du satyre qui, lui, sait très bien se tenir debout sur ses jambes de bouc.

En effet, notre mi-centaure n’est clairement pas issu d’une longue adaptation darwinienne… Ce corps ne semble pas fonctionner… Ceci dit, l’illustration est celle d’un moine qui aurait entendu une description rapportée par quelque voyageur. Peut-être que la créature en question est en réalité beaucoup mieux constituée ce que nous indique le dessin ?

Noms et Origines

Est-il l’enfant de divinités venus s’encanailler parmi les mortels ?
Est-il le rejeton d’une union, non pas entre deux centaures mais entre un·e centaure et un·e humain·e ?
Est-il un ancien humain soumis à une malheureuse mutation causée par quelque malédiction ou exposition à des ondes dégénératrices ?

Toujours est-il que, si sa condition l’affecte depuis longtemps, il doit être entouré d’alliés pour pouvoir survivre malgré tout ! Et s’il n’a connu ce corps que depuis peu de temps, et s’il a été chassé d’une communauté humaine, sans plus personne pour l’aider, son avenir n’est pas des plus radieux.

Au passage, voici les noms de quelques centaures de la mythologie grecque : Cyllare, Nessos, Chiron, Eurytion, Homade, Hyléos, Rhoécos, Crotos, Thérée…

Un quotidien éreintant

En effet, vous pouvez constater sur sa représentation qu’il s’agrippe à une plante pour voir devant lui. Les centaures classiques ont quatre membres de cheveux pour se mouvoir et se tenir droits. Le buste humain trône alors fièrement devant, là où la tête du cheval serait placée autrement.

Ici, notre pauvre mi-centaure, n’ayant que quatre membres au lieu de six, doit garder la tête orientée vers le sol quand il veut avancer. Sans parler du fait que ses bras d’hommes ne sont pas faits pour ce genre d’exercice. Je vous assure, la seule fois où il a tenté le galop il n’a réussi qu’à se casser un poignet. Et à vrai dire le résultat aurait pu être pire si ça n’était pas arrivé… s’il avait réussi à galoper plus longtemps sans voir où il allait, il aurait fini avec un crâne brisé !

Comment survivre ainsi ?
Peut-être dans un village de parias, où il est accepté tel qu’il est. Ses talents d’amuseur et de conteur l’aident à se faire accepter, à se sentir utile. Même si la communauté n’est pas bien riche et peine à manger, on fait des efforts pour donner à chacun ce dont il a besoin, par solidarité entre gens rejetés.

Qui plus est, s’il n’a pas deux cages thoraciques comme les autres centaures, il a tout de même deux estomacs, et même si cela va de pair avec un sacré appétit, on peut noter qu’il a surtout la capacité de manger de l’herbe sans sourciller. Voilà qui peut l’aider à se faire accepter dans un hameau où le moindre bout de viande ou morceau de pain a grande valeur.

Il pourrait vivre avec un compagnon, qui l’aide fréquemment à se déplacer en lui offrant son épaule. Ou bien peut-être s’est-il confectionné une lourde canne, à même de supporter la masse de son corps imposant. Ou bien encore, cette canne pourrait être un cadeau. Un cadeau précieux !

La Vivante Canne de Corpus Voynich

Et si cette plante bleue visible sur l’enluminure était en fait une canne magique qui fut offerte à notre mi-centaure pour le récompenser de quelque bonne parole ou pour soulager sa peine ?

Offerte par un mage ou druide errant ami des choses naturelle, cette canne porte le nom de l’enchanteur ou d’un grimoire légendaire qui a permis sa fabrication.

Son pouvoir ? Elle peut changer de forme, sous certaines limites (une certaine rigidité s’impose, et elle ne peut prendre une très grande taille). Elle est en tout cas assez forte et adaptable pour permettre à son porteur de se déplacer plus ou moins debout, sur ses sabots.

Si vous importunez son porteur, il pourra se servir de la canne comme gourdin (dégâts contondants et magiques). Si cette dernier est de mauvaise humeur, elle pourrait aller jusqu’à se hérisser d’épines acérées (et empoisonnées ?).

Elle s’est attachée à son mi-centaure, mais nul ne sait si elle saurait lui survivre et se voir utilisée par quelqu’un d’autre, ou si elle fanerait en quelques minutes après la perte de son compagnon habituel.


Notes pour Warhammer

Plutôt qu’un homme-bête ayant toujours vécu parmi les monstres, le personne semble être plus intéressant s’il est né de parents humains :

  • Soit il est né mi-centaure (qu’ont pu faire ses parents pour mériter ça ?) et a été abandonné (et recueilli par des mutants).
  • Soit il est né humain et a été confronté plus tard à des forces mutagènes. Aurait-il trouvé de la malepierre ? Ou été maudit par un puissance sorcier de passage ? A-t-il rencontré un cheval maudit, un destrier du chaos qui aurait perdu son cavalier et mordu le pauvre homme avant de repartir dans les profondeurs de quelque forêt ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.