PNJ : le cerf trompeur

Share Button

Animal ? Costume ? Démon ? Peut-être peut-on y voir un peu de tout ça…


De loin, il s’agit d’un cerf.

De plus près, on s’étonne de sa démarche hésitante.

De tout près, voilà que la peau n’est pas couverte de fourrure mais d’un mélange de plumes brunes qui en donnent l’apparence. De plus, les pattes arrières ont étrangement l’allure de jambes humaines. Et, surprise des plus grandes : le visage d’un homme apparaît tout devant, à demi-caché parmi les plumes. Il est placé en-dessous de la tête de cerf, qui, à y prendre garde, n’est en réalité qu’un faux, empaillé.

On avait bien entendu parler, dans la région, d’un cerf aux habitudes étranges, qui s’approchait des habitations, venait observer les humains. Malin ou chanceux, il n’arrivait qu’aux moments où les chasseurs étaient déjà partis en expédition dans quelque autre zone de la région.

L’époque de son arrivée fut accompagnée par l’apparition de gravures inconnues sur certains troncs. Tout d’abord, on crut à deux phénomènes tout à fait distincts, jusqu’à ce que l’étrangeté de cette animal se confirme.

De jeunes gens s’en étaient approchés. Tous et toutes étaient revenues en courant après avoir entendu la bête pousser des cris qui n’avaient rien de naturel.

Un enfant, plus courageux, ou plutôt encore inconscient, poussa la curiosité plus loin, et approcha tout près. Il finit par être effrayé aussi, mais parce qu’il décrivit comme une grimace venant du corps de l’animal. Une tête d’homme s’était dévoilée sous une tête de cerf inerte.

Il n’y eut pas grand monde pour y croire, si ce n’est un moine errant qui, entendant l’histoire, en conclut que quelque diablerie était à l’œuvre et que la créature relevait du démon. Les parents de l’enfant téméraire, après avoir entendu ce dernier parler de l’incident durant de nombreuses soirées, finirent parce se demander s’il n’y aurait pas un ou deux farceurs en train de se payer la tête des villageois… Mais il fut difficile de le vérifier car la bête se fit plus rare.

Ils tâchèrent néanmoins de surveiller leurs voisins afin de déceler qui pourrait être derrière cette farce grotesque. S’agissait-il des jumeaux Werner, jamais à court de tours pendables ? Ou plutôt du grand Aloïs ? Ce grand gaillard étonnamment vif qui avait des idées étranges et refusait de manger toute viande ? Tout de même, il aimait certes les animaux mais de là à vouloir les imiter à ce point ?

Peut-être, hypothèse plus grave, tenait-on là des habitants du village voisin. Les relations tendues entre les deux communautés relevaient d’une concurrence féroce sur la vente de fourrures et de céréales. Créer l’apparence d’une malédiction ou d’un fléau potentiel dans un village pourrait le vider et profiter à l’autre. Mais tout de même…

Au sein du village, c’est l’hypothèse du moine qui retint le plus d’attention. On se réunit pour quelques rituels sacrés afin d’expier les fautes communes, et un encens spécial fut brûlé pendant plusieurs nuits afin d’éloigner les esprits malins. Cela suffirait-il à éloigner cette apparition hors du commun ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.