DEFCON est au jeu vidéo ce que Wargame est au cinéma

Share Button

Le film est tellement bien, le jeu est tellement bon, et le lien entre les deux était tellement évident que je n’ai pas résisté à l’envie de réaliser une vidéo mélangeant ces deux univers…

Pour information, le jeu propose une version démo gratuite qui permet même de jouer en ligne avec d’autres joueurs ayant payé la version complète ! La seule restriction : un seul joueur démo par partie (sachant qu’on peut jouer à six).

Alors, certes, la vidéo ne montre pas une partie classique (je n’ai mis que des IAs qui se tapent sur la gueule entre elles), mais pour décrire le principe en quelques lignes, voici les différentes phases d’une partie :

  1. Sur un temps court, on place nos structures et armées : silo à missile (qui sert aussi de système anti-missile, suivant le besoin), radar, pistes de décollages (pour chasseurs et bombardiers stratégiques), flottes de combat (porte-avions, croiseurs, sous-marins).
  2. Une fois que tout est placé (gare au chrono, on peut se retrouver avec des structures non posées à temps), on commence à déplacer nos troupes. Mais il est encore impossible de s’attaquer. L’enjeu est alors de faire de la reconnaissance à coup de flottes et d’escadres aériennes. L’information est primordiale, car si l’on découvre l’emplacement des silos ennemis, on sera en bonne position pour les attaquer plus tard. Suivant avec qui on joue et le mode de jeu, ça peut aussi être une phase de diplomatique par messages privés interposés 😉
  3. Le niveau d’alerte DEFCON monte peu à peu… autorisant d’abord l’utilisation d’armes conventionnelles (combat entre unités navales et aériennes) jusqu’à…
  4. Ben oui… l’usage des armes nucléaires ! On a trois moyens de lâcher de l’atome en fission sur la gueule des méchants : depuis un bombardier (ils ont un sacré rayon d’action), depuis un sous-marin (le coup de fourbe par excellence, très drôle parfois :)) et bien sûr depuis les silos à missiles. La nuance : par défaut un silo est en mode SAM anti-missile et donc protège des attaques ennemies. Lorsqu’on s’en sert pour tirer, le mode défense est désactivé. Il faut donc expédier l’attaque au plus vite car c’est une période de grande vulnérabilité !

Tous les ingrédients sont là pour un jeu vraiment prenant et potentiellement stressant 😉 On y retrouve certains aspects du vénérable Diplomacy, surtout si l’on commence une partie à six joueurs où chacun démarre sans alliance.

Au passage, si vous aimez Diplomacy et que vous voulez tester ça en ligne… ou mieux, si vous ne connaissez pas encore Diplomacy et que vous voulez découvrir l’un des jeux les plus grandioses et les plus fourbes de l’histoire, sachez qu’il est possible d’y jouer sur le net de manière totalement gratuite sur le site de 18centres.

Pour finir en revenant sur DEFCON, précisons rapidement qu’il est l’oeuvre d’Introversion Software qui a réalisé ensuite Prison Architect, qui a eu son petit succès… et terminons avec la bande originale.

Car oui, la BO de DEFCON est simple, pas très longue, mais fort bien réussie en ce qui concerne l’instauration d’une ambiance lourde de fin du monde. Elle est disponible sur youtube et je ne peux résister à l’envie de vous en proposer un petit lien. Allez donc écouter ça si vous avez besoin de vous concentrer sur l’écriture de l’Apocalypse d’un Nouveau Nouveau Testament :

Tchô !
Feldo

PS : ce jeu a aussi des vertus éducatives… En me demandant si ce genre de scénario catastrophe à la Wargame était possible, je me suis renseigné sur wikipedia, et… heu… Ben, allez voir si vous voulez vous faire peur, ces missiles sont VRAIMENT rapides (25 minutes pour parcourir 12.000 km) et pas si faciles à stopper :p
https://fr.wikipedia.org/wiki/Missile_balistique_intercontinental