Il y a dix ans : La Cité des Eaux

Share Button

Dix ans déjà !

Il y a 10 ans, je participais pour la deuxième fois au concours annuel de fiction interactive francophone. Ce concours a toujours lieu, pour cette année ça se passe par là : http://ifiction.free.fr/index.php?id=concours&date=2017

Or, donc, en octobre 2006, je proposais un jeu intitulé « La Cité des Eaux ». Il s’agit, comme les autres jeux du concours, d’une aventure purement textuelle, à la manière des jeux Infocom des années 80.

On peut trouver quelques informations supplémentaires ainsi que les fichiers permettant d’y jouer sur l’ifdb (l’équivalent de l’imdb pour les fictions interactives ;)) :
http://ifdb.tads.org/viewgame?id=62mz3wh4rpn1ef27

Il faut savoir qu’en règle générale, ces jeux se présentent sous la forme de fichiers « .z5 » que l’on charge depuis un interpréteur comme Gargoyle, Frotz ou le plus récent lectrote.

Rappelons aussi que ces jeux peuvent être un peu déroutants si l’on a toujours joué à des jeux modernes ! Vous pourrez trouver un peu d’aider à cette adresse :
http://ifiction.free.fr/index.php?id=aide
(on y trouve entre autres des pdf rappelant l’essentiel des verbes utilisables dans ces jeux)

Mais alors, la Cité des Eaux, c’était quoi ?
Une aventure post-apocalyptique, dans laquelle vous prenez le contrôle d’un homme décidé à mener à bien une mission. Lui sait ce qu’il a à faire, mais vous, non ! C’est au joueur de le découvrir au fur et à mesure de jeu. Traditionnellement, les fictions interactives sont des jeux à « énigmes » ou « puzzles ». Ici, il n’y en a pas trop, et le plus dur est en fait au tout début du jeu. Ensuite c’est assez simple et court, l’intérêt principal du jeu résidant dans les différentes fins qu’on peut obtenir suivant le chemin qu’on a emprunté.

J’avais donné à l’époque une interview écrite pour le journal SPAG, consacré aux fictions interactives :
http://www.spagmag.org/archives/backissues/spag47.html

Tout ça pour dire… N’Y JOUEZ PAS !!
Héhé ! Disons que… ma foi, d’un point de vue historique, si l’on veut voir à quoi ressemblait la renaissance du genre en France dans les années 2000, ça peut avoir un intérêt. Le jeu Filaments, par JB (qui se fait aujourd’hui appeler FibreTigre), était le premier de ce renouveau, en 2003. Notre petite communauté était à cette époque en ébullition, et c’est en 2005 que nous avons lancé le concours annuel qui a permis depuis à de nombreux jeux d’exister.

Mais voilà, de nombreux jeux de ce genre manquent de finitions, et en ce qui concerne « La Cité des Eaux », je ne chercherai à le proposer à de nouveaux joueurs qu’après l’avoir amélioré. Tâche qui est en cours depuis, heu… 10 ans 😉

Je reparlerai de ces sujets sur le blog, et peut-être en vidéo. En attendant, n’hésitez pas à me faire savoir si vous avez joué à des jeux du genre, ça m’intéresse !

Make America Goofy Again!

Share Button

Vala, vala !
Mon scénario de « Tout le monde est John » mentionné dans un billet précédent est en ligne sur l’excellent site de la scenariothèque.

Le PDF proposé contient le texte, quelques rappels et propositions de modifs sur les règles de base, ainsi que des aides de jeux (compétences à tirer au sorts, fiches de personnages vierges ou pré-remplies…)

Lien vers la page du scénario.

Game Jam de l’ECDC à Montpellier !

Share Button

ECDC

Ben me voilà dans une game jam sur Montpellier, organisée par l’ECDC pour les 30 ans d’Ubi Soft. On termine dimanche à 18 heures, et entre temps on va plancher sur un jeu de Boss Fight rythmique 😉

En attendant Warhammer, « Tout le monde est John » !!

Share Button

Aaah, « Tout le monde est John »… dans ce jeu créé en 2002 par Michael B.  Sullivan, tous les joueurs de la table incarnent un seul et même personnage ! John, qui, ma foi, n’est pas tout seul dans sa tête comme on dit.

Chaque joueur interprète l’une des « voix » que John entend et qui peut lui dicter ses actions. Il s’agit d’un jeu loufoque et compétitif dans lequel chaque joueur doit tenter d’amener John à faire ce que lui ou elle a décidé, en dépit des volontés des autres voix.

Pas facile à saisir, peut-être ? 😉

C’est parce que les joueurs ne jouent pas tous en même temps. Chaque participant démarre avec 10 jetons de volonté. Lorsque John est endormi/évanoui (ce qui lui arrive souvent, il est émotif et narcoleptique), on décide d’une chose importante : quelle voix va contrôler John à son réveil ?
Chaque joueur avance alors une main fermée contenant un nombre de jetons caché. Puis tout le monde révèle sa mise en même temps : la personne qui a misé le plus jouera John dans la prochaine scène !

Elle va alors s’efforcer de réaliser certaines de ses obsessions. Oui, chaque voix a sa propre folie, ses propres obsessions qu’elle veut assouvir coûte que coûte. Il peut s’agir d’actions simples (chanter la Marseillaise dans un pédiluve de piscine municipale) ou de choses bien plus complexes (devenir champion international d’échecs).

A cela s’ajoutent des compétences pour le moins originales… Mais je vous laisserai consulter les règles du jeu pour connaître tous les contours de la chose.

En tout cas, en attendant de démarrer notre campagne de Warhammer, nous avons fait une partie d’environ 3 heures sur ce jeu, et ma foi certaines voix s’en sont plutôt bien tiré, le tout a fini dans un sacré bordel… Mais je reviendrai un peu plus tard sur le scénario employé puisque j’en ai fait une version imprimable que je vais proposer à qui en veut !

Allez, à plus, John !